Sorti le 13 Février 2018, Dynasty Warriors 9 est là pour vous faire revivre l’histoire des 3 Royaumes mettant en scène les grandes batailles des trois factions Wei, Shu et Wu. Oméga force prenant la décision de faire évoluer sa saga si culte auprès des joueurs en implantant un monde ouvert dans son Musou. Boulverser la formule des anciens épisodes était-il un bon choix ? La Potion vous répond via ce test. 

 

 

Dynasty Warriors 9 prend place dans la Chine des 3 Royaumes, époque troublée par le désir de diriger un pays où la guerre est synonyme de quotidien. Grandes batailles, alliances, trahisons et complots sont évidemment omniprésents comme dans les précédents épisodes, mais la grande nouveauté c’est l’implantation d’un monde ouvert qui est ici pour ainsi dire à double tranchant.

 

Un vrai monde ouvert qui n’est pas sans défauts …

Le risque était grand, songer à un monde ouvert pour un musou tel que Dynasty Warriors 9  était un pari à relever. Disons le tout de suite, l’immensité du terrain est absolument incroyable, on ressent tout de suite l’étendue de la carte et le vouloir faire du studio Oméga de nous donner cette sensation de grandeur. Des tas et des tas de longues plaines, de bois et étendues d’eau sont présentes sur la carte, autant vous dire la surprise à l’écran quand on compare aux anciens épisodes.

Mais voila, après la sensation de liberté, vous vous sentirez vite rattrapé par la désillusion d’un monde ouvert fade et sans vie. Certes, vous croiserez des forts qui n’ont rien de saisissant, de la faune (très limitée ceci dit), des objets à récolter lors de vos déplacements et naturellement des ennemis avec qui vous croiserez le fer. Malgré cela, le jeu peine à suivre avec une réalisation technique catastrophique, framerate à la ramasse, bugs à la chaine, cleaping, tearing … bref on aurait apprécié un peu plus de travail afin d’éviter ces carences qui peuvent parfois nuire au gameplay.

A vouloir trop en faire, le studio offre une sensation en demi-teinte, entre enchantement de découvrir un jeu immense, et pourtant tout cela reste un peu gâché à cause de finitions par toujours optimisées hélas. On attendait plus de cette promesse d’open-world, tant nombre de titres maintenant ont envie de se lancer ce défi pour offrir une expérience de jeu énorme aux joueurs.

L’importance des graphismes et le contenu dans un musou

Graphiquement, Dynasty Warriors 9 n’est pas une claque à proprement parler, nous trouvons que son prédécesseur était beaucoup plus propre à ce niveau. Les traits des personnages sont beaucoup plus bruts, ajoutez à cela un jeu qui tourne à 20-25 fps autant vous dire que vous verrez les défauts sans trop de mal. Mais en soi, est ce vraiment important pour ce genre de jeu ? Un musou quel qu’il soit n’a jamais vraiment mis la barre très haute pour ses graphismes et cela n’a pas empêcher d’en trouver des très agréables à jouer.

Et là où Dynasty Warriors 9 fait fort, c’est dans son contenu qui grâce à cela offre une durée de vie impériale ! Le titre nous propose tout de même de jouer plus d’une centaine de personnages avec leurs propres combo, une narration certes beaucoup moins présente dans cet opus mais totalement traduite en Français avec un choix de langue audio Japonais, Anglais et même Chinois. Un système de craft est aussi de la partie ainsi que différentes quêtes annexes lors de vos excursions dans cette univers.

Vous l’aurez compris, ce Dynasty Warriors 9 a fait le choix de l’audace, et l’on salue la démarche. Le jeu a su se renouveler et proposer pour la première fois un monde en open-world qui apporte les défauts qui vont avec. Un bon jeu néanmoins qui séduiront les amoureux du genre une fois encore.

 

 

NOS NOTES ...
Graphismes
Gameplay
Contenu
Bande-son
PARTAGER
Article précédentChronique Jeu : Unlock Secret Adventures
Article suivantNi No Kuni II passe gold
Gameur depuis 1993, passionné, collectioneur, de Marseille un peu geek sur les bords ! Fils spirituel de Luigi, maitre Assassin à son temps libre.