Disponible depuis le 23 Janvier dernier sur PC, Playstation 4 et Nintendo Switch, Lost Sphear, le dernier titre de Tokyo RPG Factory surfe sur la vague des titres old-school pour charmer le grand public. Mission réussie ? Verdict dans le test de la Potion ! 

Si vous suivez avec attention l’actualité des RPG, le nom du studio Tokyo RPG Factory vous ai forcément familier … C’est en effet une filiale de Square Enix à qui l’on doit I Am Setsuna. Nouveau titre et pourtant même objectif : faire des titres à l’ancienne, qui replonge les joueurs dans la nostalgie des grands RPG de l’époque Square Soft. Après un accueil plutôt réussi du côté du grand public pour le premier jeu du studio, malgré quelques défauts dont celui de ne pas avoir de version physique disponible en Europe sauf importation, Tokyo RPG tente un second essai avec Lost Sphear qui va vous plonger dans un monde où le rêve jouera un rôle important.

Lost Sphear

Once upon a dream … 

Dès le chargement de Lost Sphear, des notes de piano nous plongent directement dans une ambiance douce, feutrée, où votre oreille sera mise à contribution. D’ailleurs ce thème mélancolique sera souvent présent tout au long de votre périple et nous confortera dans une sensation de cocooning et de calme ambiant.

Bien évidemment, ce calme n’est qu’apparence … Car le monde dans lequel vous avez débarqué est en proie à un mal profond : les lieux, les habitants disparaissent dans un épais manteau blanc. Comme par magie … L’espoir réside alors dans un héros : Vous, alias Kanata un jeune homme doté d’une bonté infinie. On vous rassure, vous ne serez pas seul dans cette aventure, vous serez accompagné de vos fidèles amis de votre village : Lumina et Locke. Elle, est une tête brulée assez sur d’elle, lui, est plutôt le boulet de service qui ne pense qu’à manger. Ah oui autre détail, vous êtes tous orphelins. Voilà un premier point que l’on pourra reprocher au jeu : son manque d’originalité. Alors oui, Lost Sphear tente de nous faire retrouver la magie des JRPG d’antan, mais bon on aurait bien pris une dose de nouveauté dans le passif des héros, mais rien de très grave en soi.

Alors que votre village a disparu sous une espèce de brume blanche, notre héros comprend via un rêve assez mystérieux qu’il possède le pouvoir de sauver le monde et les personnes qui ont elles aussi disparu. Voilà pour la trame principale du jeu : l’idée est assez bonne et la petite troupe attachante. Les caractères sont certes très stéréotypés : le héros gentil qui veut sauver tout le monde, son meilleur ami jovial et pourtant assez pénible à supporter au quotidien, et une demoiselle pas en détresse autoritaire qui tranche avec la souplesse ou le côté un peu mollasson de Kanata. Ajoutez à cela un personnage mystérieux, Van, qui vient aider notre groupe sans trop que l’on sache pourquoi, et voilà, vous avez les ingrédients pour vivre une aventure qu’on aurai aimé un peu plus transcendante.

Lost Sphear

Une jolie aventure qui laisse sur sa faim …

En fait, rapidement on se rend compte que Lost Sphear a pour défaut sa qualité première : à trop vouloir nous projeter dans un univers nostalgique où les grands RPG sont devenus des légendes, les développeurs se sont trop cantonnés à cette envie et on a perdu en route le souffle épique qui fait d’un jeu un Grand jeu. Lost Sphear aborde tout un tas de thèmes forts tel que l’amitié, la mort, la solidarité etc .. mais le jeu reste toujours en surface. Il manque ce petit supplément d’âme, cette profondeur, et ce sentiment nous accompagnera tout le long de l’aventure. Alors pour autant, le jeu est très agréable à suivre et on se prend à être charmé par son univers et avoir envie de sauver le monde de Kanata. En fait, on a cette sensation que le jeu est enfantin, comme ses héros, alors qu’on aurai eu envie de plus de profondeur, de charisme pour vivre une belle épopée. Le jeu voulait nous embarquer dans un univers innocent et enfantin parfois, il le fait remarquablement mais du coup on pourra lui reprocher cet aspect très lisse.

Au rayon des points positifs, il est à préciser que le jeu est intégralement traduit en français, une bonne nouvelle pour ceux qui sont frileux des RPG trop souvent en langue anglaise. Vous aurez le choix d’avoir les voix en japonais ou anglais, là encore c’est une bonne chose. Malgré quelques légers soucis parfois de traduction, on a souvent eu envie de rire durant les dialogues et les scènes de chamaillerie entre les personnages de Lock et de Van notamment. Une petite pointe d’humour qui fait plaisir, qui apporte un vent de légèreté dans le jeu.

Durant tout notre périple, on a été sous le charme des environnements du jeu, simples certes mais poétiques. Les teintes sont pastels, ce qui donnent un effet rétro-nostalgique que l’on appréciera. Dans Lost Sphear vous aurez bien évidemment pas mal de phases d’excursion qui vous permettront de découvrir nombre de villes mais aussi des donjons. Le jeu apporte une touche de nouveauté par rapport au JRPG classique via son système d’artefact plutôt bien pensé. En pratique, lorsque vous vous balladez sur la carte pleine de brume blanche, vous croiserez parfois des endroits spécifiques où il sera possible d’ériger des items. Ces items appelés Artefacts donc permettront de débloquer des bonus dans le jeu comme par exemple de se déplacer plus vite sur la carte du monde ou bien d’avoir des bonus durant les combats. La bonne idée c’est qu’il vous sera possible de changer ces Artefacts même une fois ces derniers placés sur la carte. Côté combat, on a le droit au système classique mais efficace d’ATB agrémenté d’une option Momentum qui permettra de déclencher des attaques doubles durant les phases de combat. Vous pourrez durant les combats placés votre personnage où bon vous semble afin de toucher le plus grand nombre d’ennemis possible en vous alignant correctement. Là encore l’idée est pas mal pensée et apporte un côté gestion non négligeable. En ce qui concerne le bestiaire, il est un peu faible en terme de diversité mais bon ce n’est pas le critère premier dans ce genre d’aventure. Un petit moment sur l’équipement, que vous pourrez améliorer au fur à mesure via le système de spirit, qui confèrera des bonus à votre arme ou pièce d’armure. Souvent vous looterez de l’équipement plus puissant laissant un peu de côté ce système de spirit, dommage.

                       

Related Post

NOS NOTES ...
Graphismes
Gameplay
Contenu
Bande-Son
PARTAGER
Article précédentFinal Fantasy XV Pocket Edition : voici la bande-annonce de lancement
Article suivantChronique Jeu : La Légende des 5 Anneaux
Fondatrice de Potiondemana.com Amatrice de rpg et de jeux vidéo évidemment, pâtissière à mes heures perdues aussi