Aujourd’hui laissez la Potion vous racontez une histoire. L’histoire de Capcom essayant de marcher dans les pas d’une série emblématique de Nintendo : Pokémon. Ainsi, Capcom s’allie avec Marvelous pour donner naissance au premier spin-off de l’une de ces séries phares : Monster Hunter Stories. Pari réussi ? Verdict dans notre test !

Tell me a storie

La série Monster Huter a énormément d’adeptes dans le monde. Elle est reconnue pour sa chasse aux monstres assez technique. Et c’est dans ce même monde que Monster Hunter Stories se passe. Sauf que cette fois-ci vous n’incarnez pas un Chasseur, mais un Rider. A l’inverse des Chasseurs, les Riders se lient d’amitié avec les monstres plutôt que de les chasser. Votre aventure débute lorsque vous et vos amis font la découverte d’un nid de monstres. Un œuf éclos et directement vous vous liez d’amitié avec le Rathalos qui en sort. Votre initiation de Rider débute. Une fois votre gemme d’amitié obtenue, vous aurez l’autorisation de quitter votre village natal, créer des liens avec des monstres qui deviendront vos Monsties et explorer le monde. Cependant votre route sera parsemée de mystères dont celui du Fléau Noir.

 

 

Comparé à un épisode classique, l’histoire est plus enfantine afin de correspondre au public visé. Et ça fonctionne, nous nous attachons au personnages, nous avons envie d’en savoir plus. Surtout en ce qui concerne votre partenaire Felyne : Navirou. Il ne sait plus qui il est, d’où il vient et surtout comment il est arrivé dans votre village. C’est l’un des mystères que vous aurez à résoudre.

 

Un gameplay complètement différents des autres épisodes

 

Toujours dans le but de satisfaire les plus jeunes gamers, ce Monster Hunter Stories est complétement différent des épisodes classiques. Le gameplay est dorénavant orienté au tour par tour. Une fois le combat engagé, vous avez plusieurs choix : combattre, utiliser une capacité, utiliser un objet, ordonner à votre monstie d’utiliser une de ces capacités ou fuir. Contrairement à son concurrent direct, votre personnage n’est pas passif lors d’un combat. Il attaque en même temps que votre monstie actif. Vous avez la possibilité d’avoir six monsties dans votre équipe. Vous avez trois différentes attaques possible : Force, Vitesse ou Technique. Les attaques de type Force l’emporte contre les attaques Technique, les attaques de type Vitesse contre celle de Force et les attaques de type Technique contre celle de Vitesse. Ainsi nous avons Force > Technique > Vitesse > Force. A chaque fois que vous avez l’avantage lors d’un duel, vous remplissez votre jauge d’amitié.

Il existe deux moyens de vider cette jauge : soit en utilisant des techniques, soit en chevauchant votre monstie. La également, si vous gagnez vos duels, votre gemme d’amitié monte de niveau jusqu’au niveau trois. Et là vous pouvez déclencher toute votre puissance avec une attaque surpuissante. Par contre, si vous perdez deux fois vos duels, vous tombez de votre monture. Lors des combats, des duels spéciaux peuvent s’enclencher à base de QTE entre votre monstie et le monstre adverse. Celui qui gagne le duel, inflige de lourds dégâts au perdant. Passons aux différentes armes. Les habitués reconnaitront très vite les différentes armes proposées : épée et bouclier, grande épée, marteau ou encore cornemuse. Chaque arme a sa spécialité, ses combos, ses avantages et ses faiblesses.

 

 

Bon fini de parler des combats. Passons au reste et surtout sur comment avoir d’autres compagnons de route. Lors de votre exploration dans cet open world, des tanières sont visibles partout dans les différents espaces. Ce que vous devez faire dans ces cas là c’est explorer ces tanières pour trouver le nid. Une fois trouvé, plus qu’à voler un œuf et s’enfuir vite fait. Au risque de tomber sur les parents. Il faut savoir que les monstres qui gardent ces nids sont un peu plus coriaces que les autres. Plus de soixante différents monstres peuvent être capturer. Les différentes zones à explorer proviennent la plus par des anciens épisodes, ou du moins y ressemblent fortement. Pour explorer le tout de fond en comble, vous devez avoir des monsties adaptés à toutes les situations : escalade, vol, nage ou encore creuser.

 

Un contenu tout à fait dans la ligné de ces prédécesseurs

 

Le point commun entre les anciens épisodes et celui-ci concerne les quêtes secondaires. Ces quêtes consistent à ramasser des ingrédients, chasser un certains type de monstre ou encore répondre à des questions. Ce n’est pas différent de ce que les fans connaissent. C’est votre seul source de Zenny, la monnaie du jeu. Cet argent vous permettra d’effectuer des quêtes de forge avant d’avoir de l’équipement. Justement en parlant de l’équipement, là aussi il s’agit d’un autre point commun. Les armes et armures sont les même que les autres épisodes. Vous devez ramener différents matériaux et une grosse quantité d’argent pour fabriquer ce que vous voulez ou même pour améliorer votre équipement.

 

 

Vos monsties peuvent évoluer grâce au rite de transmission. Des gênes provenant des monsties obtenus peuvent être transférés vers un autre pour améliorer ces capacités. Pour résumer, c’est une sorte de Bingo. Concernant la bande son, elle est fidèle à la saga, ajustée à chaque situation. Les graphismes eux par contre sont plus doux. Et bien plus adaptés au jeu. Ils sont le mélange parfait entre un Pokémon ou un Yokai Watch.

Entre toutes les quêtes, les monstres à capturer et les zones à explorer, vous avez minimum une vingtaine d’heures pour faire le jeu. Toute ressemblance avec la série Pokémon est voulu pour plaire à son public. Force est de constater que la formule fonctionne pour le plus grand plaisir des amateurs de chasse aux monstres. 

                               

Related Post

NOS NOTES ...
Graphismes
Gameplay
Bande-son
Contenu
PARTAGER
Article précédentDragon Quest Builders : du gameplay sur Nintendo Switch
Article suivantSword Art Online : Fatal Bullet, la bande-annonce qui fait mouche
Rédacteur pour la Potion. Joueur sur PS4, PsVita, Xbox One, PC et 3DS. Amateur de cinéma.